On dit souvent que la chanson est un métier d’homme et que le manque de femmes se fait sentir grandement. Pourtant, il y a en, mais elles ne sont parfois pas connues du grand public, surtout dans les métiers de l’ombre, comme celui d’auteur. Michaële fait partie de ces femmes dont les chansons sont plus connues que le nom de leur auteur.

 

Les premiers pas d'une chanteuse

 

Michaële, qui est né à Alexandrie, en 1944, écrit ses premières chansons dès son plus jeune âge. Lorsqu’elle atteint l’âge de seize ans, les grands orchestres de son pays interprètent ses premières oeuvres. Elle enregistre elle-même quelques chansons, puis part pour Beyrouth et, ensuite pour la France. Elle suit alors une rééducation auditive chez le docteur Alfred Thomatis, puis signe un contrat chez CBS.



Chez cette firme, elle enregistre quelques 45 tours et un album, dont émerge
Comment existe-t-il des guerres et Ballade pour Joachim. En première partie de plusieurs grandes vedettes (Enrico Macias, Gilbert Bécaud, Richard Anthony, Serge Lama...), Michaële fait ses premières armes sur scène. Elle participe même à une tournée qui l’emmène en Israël, où ses disques obtiennent beaucoup de succès. Cependant, la jeune femme souffre d’un immense trac, qu’elle n’arrive pas à surmonter. Elle décide donc d’écrire des chansons pour les autres.



Boona Music


Après avoir rencontré Orlando, le frère et producteur de Dalida, elle se lance dans sa nouvelle carrière. Elle écrit pour Dalida Tout au plus, en 1971, et Les choses de l’amour, en 1972. Parmi ses premiers interprètes, on retrouve également le groupe Crazy Horse (dont Alain Delorme fait partie) qui chante Mandolino, Belle (1972), Un jour sans toi (1972), De juillet jusqu‘en septembre (1972), Et surtout ne m‘oublie pas (1973).



Grâce à Stéphanie Sand, une amie de longue date qu’elle incite à créer sa propre maison d’édition, elle rencontre Paul et Lana Sebastian. Arlette Tabart se joindra par la suite à cette nouvelle société du nom de Boona Music, dont le siège social se trouve dans les bureaux de Claude Carrère. Au fil des années, d’autres auteurs s’y grefferont dont Jeff Barnel, Gilbert Sinoué et Gabriel Yared. Pendant cette période, Michaële écrit sur commande des chansons pour Dick Rivers (
Mama, 1970), Leny Khur (Soleil d’amour), Monty (Inoubliablement, 1972), Betty Mars (J’ai le mal de toi), Hervé Vilard (Tous les enfants ont besoin d’amour, 1972, C‘est toi qui gagne) et Christophe (Oh! Mon amour, 1973), notamment.



L'auteur tente également d’écrire des chansons pour Sheila, mais Claude Carrère, producteur de la chanteuse, n’accepte jamais les textes proposés. Voulant écrire une chanson pour Christian Delagrange, Michaële (avec ses acolytes Lana et Paul Sebastian) crée
La clef qui n’ouvre pas ta porte. Plus tard, elle remplace le refrain par Laisses les gondoles à Venise car la chanson devait à l‘origine être enregistrée par Lana (suite à une rencontre avec Jacqueline Herrenschmidt, de chez Barclay) et que la première version de celle-ci ne pouvait pas être chantée par une interprète féminine. À l’écoute de la chanson ainsi modifiée, Claude Carrère la veut pour Sheila. Cette dernière l’enregistre avec son nouveau mari, Ringo, et en fait un succès, en 1973. Par la suite, la chanteuse enregistrera Ne fais pas tanguer le bateau, Tu es le soleil et Le couple (toutes de 1974). Quant à Ringo, il enregistre Tu m’appartiens. Suite au succès remporté par Sheila, Claude François enregistre Je viens dîner ce soir, une chanson qu’il avait mise de côté lorsque les auteurs lui avait donnée. Mireille Mathieu interprète également Michaële : Emmène-moi avec toi (1973). Désormais, le succès ne quittera plus l’auteur.



Sur mesure pour Dalida


Parallèlement à ces collaborations réussies, Michaële écrit toujours pour Dalida. En 1973, elle signe la version française de Paroles Paroles, tube italien chanté dans sa version originale par Mina et Alberto Lupo. Mais au départ, Orlando, avait prévu quelqu’un d’autre pour écrire cette chanson. Sur l’insistance d’Alain Delon, qui souhaite choisir parmi plusieurs textes pour ce duo avec la diva d’alors, le producteur demande à Michaële d’écrire un texte, que l‘acteur choisira par la suite. Par ailleurs, Dalida n’aimait pas les “caramels, bonbons et chocolats” de la chanson, mais l’auteur refuse de changer son texte. Sa détermination portera fruit car ce sont ces mots qui restent aujourd’hui gravés dans la mémoire du public.



Par ailleurs, la collaboration entre Dalida et Michaële a également donné naissance à plusieurs autres succès, dont le célèbre
Gigi l’amoroso. Le succès immense de cette chanson pousseront ses créateurs (la musique est de Lana et Paul Sebastian) à en écrire une suite : Gigi in paradisco (1980). Parmi les autres chansons de l’auteur interprétées par Dalida, il faut également citer Ne lui dis pas (1975), Je suis toutes les femmes (1980) et Lucas (1983).



D’autres interprètes, d’autres succès


La fin des années soixante-dix et le début des années quatre-vingts voient l’arrivée de nouveaux interprètes tels que Carène Chéryl (Je t’appartiens, 1976), Pétula Clark (Tank you my lord, 1976) et Shake (Angel, La fille que je préfère, 1981) dans le répertoire de l‘auteur.



Par ailleurs, après s’être séparée de ses acolytes, Lana et Paul Sebastian, Michaële signe une série de succès pour Frédéric François (
Une nuit ne suffit pas,1988, L’amour s’en va, l’amour revient, 1988, L'Italienne, 1989, Qui de nous deux, 1990, Chiquita, 1997) et François Valéry. Enfin, la liste des interprètes de l’auteur ne serait pas complète sans Hugues Hamilton (Totalement fou d’elle, 1982, T‘es jamais tout seul) et William Sheller (Leslie Simone, Marisa).



Comme on peut le constater, cette femme méconnue est en fait connue grâce à ses chansons. En effet, si son nom reste dans l’ombre, ses chansons sont désormais dans la lumière et pour longtemps.

 

 

Image

 

1969. (45 t CBS 3771)
Hold me...love me - L'enfant et l'arc en ciel.



196?. (45 t CBS 3375)
Ballade pour Joachim - Du cinéma.



19??. (45 t CBS 4198)
Les amoureux - Comment existe-t-il des guerres.



19??. (45 t CBS 5268)
Sans toi - Peut-être que je t'aime.



197?. (33 t 30 cm CBS S63917)
Ne m'attends pas - Un matin d'été - Pour un adieu - Comme un oiseau blessé - Un orage en plein été - Je t'aime - Comment existe-t-il des guerres ? - Le palmier et l'olivier - Quand nous étions des enfants - J'attends encore - Et si cela n'était pas vrai - Ballade pour Joachim.